Justification du dépistage organisé du cancer du sein

  Avertissement : certaines pages du site Internet sont en cours de construction. Veuillez nous en excuser.

 Epidémiologie

Le cancer du sein demeure le cancer le plus fréquent chez la femme. En 2005, près de 50 000 nouveaux cas ont été recensés. Il constitue également la première cause de mortalité par cancer chez la femme, avec 12 000 décès par an.  L’âge moyen d’apparition du cancer du sein est de 60 ans. 80% des cancers du sein surviennent après 50 ans. Ce qui justifie le choix de  la tranche d’âge concernée par le Dépistage organisé. Si l’incidence a fortement augmenté depuis les années 1980 (elle a doublé entre 1980 et 2000), la mortalité commence à diminuer à partir de 1998 : amélioration des prises en charge thérapeutiques, généralisation des campagnes de dépistage… L’incidence pourrait décroître à partir des années 2005-2006 selon les sources de l’assurance maladie. Une explication serait la diminution de la prise de traitements hormonaux substitutifs.   

 Les plus du dépistage organisé        

Qualité : Depuis la mise en place du dépistage organisé, un contrôle qualité est mis en place sous la responsabilité de la structure de gestion départementale (pour Paris, ADECA75). La chaîne mammographique doit être contrôlée deux fois par an, les radiologues doivent fournir les attestations de formation à la mammographie de dépistage. Ceci permet à l’assurance maladie d’agréer les cabinets de radiologie qui répondent à ces critères de qualité. La qualité des clichés produits, qu’ils soient numériques ou analogiques, est contrôlée en continu, par les radiologues deuxièmes lecteurs qui relisent près de 95% des mammographies réalisées dans le cadre du dépistage organisé.        

 Souplesse :      
- La femme peut faire faire sa mammographie chez son radiologue habituel, celui que lui conseille son médecin traitant ou son gynécologue, celui qu’elle souhaite, à condition qu’il figure sur la liste d’agrément (c’est le cas de 95% des radiologues parisiens).  

- A tout moment, le médecin peut prescrire une mammographie, dans le dépistage organisé, à sa patiente en la faisant inviter en appelant le n°vert, ou en se connectant sur le site www.neonetidf.org. La seule condition est qu’elle soit éligible. Voir les critères d’éligibilité plus loin.

 

- Le médecin ou la femme elle-même peuvent transmettre à ADECA75 les causes d’exclusion et la date de la dernière mammographie, pour synchroniser ou éviter les invitations systématiques inopportunes.

 

- Les mammographies anormales en première lecture sont rendues immédiatement à la femme.

- A chaque étape, le ou les médecins déclarés, et la femme elle-même sont informés.  - Si une femme souhaite faire sa mammographie dans un autre département que celui où elle réside, il lui suffit de vérifier que le radiologue qu’elle a choisi est bien agréé par la structure de gestion de ce département. La procédure sera la même. La seconde lecture, en revanche, sera organisée par la structure de gestion du département de résidence, qui se chargera de renvoyer dossier et résultats. 

- Les résultats de la seconde lecture sont adressés à la femme moins de 15 jours après qu’elle ait passé sa mammographie.

- A chaque étape, le ou les médecins déclarés, et la femme elle-même sont informés.

- Si une femme souhaite faire sa mammographie dans un autre département que celui où elle réside, il lui suffit de vérifier que le radiologue qu’elle a choisi est bien agréé par la structure de gestion de ce département. La procédure sera la même. La seconde lecture, en revanche, sera organisée par la structure de gestion du département de résidence, qui se chargera de renvoyer dossier et résultats.

 

Sécurité : Le cadre du dépistage organisé offre une sécurité à la femme, au radiologue premier lecteur, et au médecin traitant ou gynécologue.En effet, l’ensemble des mammographies jugées normales en première lecture est adressé par coursier à ADECA75 pour être relu par une vingtaine de radiologues spécialement formés, qui se relayent tous les jours.Cette seconde lecture permet de « récupérer » entre 5 et 7% de cancers qui n’ont pas été vus en première lecture.    

Suivi : Les 330 000 parisiennes de la tranche d’âge sont invitées systématiquement à faire une mammographie tous les deux ans. Celles qui n’ont pas répondu, sont relancées 6 mois plus tard.Les femmes dont les mammographies impliquaient un suivi ou une prise en charge, dès la première lecture ou après seconde lecture, sont relancées ainsi que leur médecin, pour s’assurer que tout a été fait, et pour noter les résultats.Le médecin peut s’appuyer sur ce suivi systématique qui peut le conforter dans la prise en charge de sa patiente.    

Evaluation Le Cadre du dépistage organisé est le seul à offrir la possibilité d’une évaluation en grandeur réelle. Cette évaluation, qui lie dépistage systématique et résultat, est indispensable pour piloter un programme de santé publique de cette ampleur. Chaque structure de gestion départementale, comme ADECA 75, transmet les données d’évaluation à l’institut de veille sanitaire qui se charge de la production des données nationales.Les données de dépistage individuel ne permettent aucune exploitation épidémiologique.