Pourquoi, pour qui et comment dépister le cancer colorectal ?



Que signifie colorectal ? Le cancer colorectal se situe soit dans le côlon (« gros » intestin) soit dans le rectum (partie terminale du « gros » intestin). On parle aussi de cancer de l’« intestin ».

Pourquoi ?

 Le cancer colorectal est fréquent.


En France, 42 000 nouveaux cas sont diagnostiqués tous les ans.
C’est la deuxième cause de mortalité par cancer (17 500 décès par an), derrière le cancer du poumon.

Il est grave lorsqu’il est dépisté tardivement.

Le pronostic est lié au stade de développement du cancer : plus le cancer est petit et circonscrit, plus le traitement est simple et plus les chances de guérison sont grandes. Plus de 90 % de guérison quand il est dépisté à temps.

La très grande majorité des cancers colorectaux se développe à partir de polypes spécifiques (appelés aussi adénomes) qui dégénèrent. Enlever un polype avant qu’il ne se transforme, évite le développement du cancer.

Les signes digestifs peuvent être tardifs, puisque le cancer peut se développer dans le côlon sans forcément entraîner de gêne ni symptomes. C’est pourquoi il est très important de pouvoir le dépister avant l’apparition de signes cliniques.

Pour qui ?

Le cancer colo-rectal est lié à l’âge : 90% des cas après 50 ans.

A partir de 50 ans , 1 personne sur 3 est porteuse d'au moins 1 polype.

 

La campagne de dépistage organisé du cancer colorectal s’adresse à toute personne de 50 à 74 ans

Les personnes qui présentent un risque plus élevé sont celles qui ont des cas de cancers colorectaux dans la famille immédiate (plusieurs cas, ou des cas chez des personnes de moins de 65 ans), qui ont eu un cancer colorectal ou des adénomes elles-mêmes. Pour elles, un suivi par coloscopie est nécessaire et le test Hémoccult II ® n’est pas adapté.

Le test recherche de sang dans les selles n’est pas utile si vous avez fait un autre test de recherche de sang dans les selles il y a moins d’un an, ou si vous avez fait une coloscopie il y a moins de 5 ans.

Dans tous ces cas, merci de nous tenir informés en remplissant le questionnaire sur la lettre d'invitation que vous recevrez, ou en nous appelant, pour que nous puissions mettre à jour les données qui vous concernent et vous écrire à bon escient.

Comment ?

Les polypes et les cancers peuvent saigner de façon intermittente.

Le test permet de repérer ce sang occulte (caché, pas visible à l'oeil nu) dans les selles et de prouver la présence d'un polype.


Le test de recherche de sang dans les selles est un test totalement indolore, sans aucun risque, que l’on fait chez soi.

 

J'ai entendu parler d'un nouveau test : dois-je attendre pour me faire dépister ?

Le laboratoire a arrêté la lecture du test Hémoccult II ® au 31 janvier 2015.

Une nouvelle étape est franchie dans le dépistage avec la mise à disposition prochaine du test immunologique de détection de sang occulte dans les selles, dont la sensibilité accrue permet une meilleure détection des cancers et des lésions précancéreuses.

Ce test, à la fois plus performant et plus simple d’utilisation, sera diffusé progressivement auprès des 17 millions de personnes de 50 à 74 ans concernées par le programme national de dépistage, par leur médecin traitant.

La procédure d’achat nécessaire à la mise en place de ce nouveau test de dépistage, telle que prévue dans l’arrêté du 23 septembre 2014, vient d’aboutir, avec la notification ce jour du marché par la Cnamts au groupement Cerba.

Le temps de production des nouveaux kits de dépistage par le prestataire permet d’envisager leur disponibilité au printemps 2015.